Cap Sur le Capes !

Un forum de ET ( Téléphone maison ) pour échanger explications, problématiques entre Capestes et Capétiens.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chénier A.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jenninou
Admin2
Admin2


Messages : 369
Date d'inscription : 24/07/2007
Age : 33
Localisation : Bouche du Rhône

MessageSujet: Chénier A.   Ven 7 Sep - 14:58

André Marie de Chénier (30 octobre 1762 - 25 juillet 1794), dit André Chénier, est un poète français.

Biographie:
Né à Constantinople d'une mère grecque (Elisabeth Lomaca) et d'un père français, il traduit dès l’adolescence des poètes grecs et s'enthousiasme pour la poésie classique. Revenu en France, il fréquente les milieux littéraires et les salons aristocratiques. Son œuvre, brève, ne fut publiée qu'en 1819 : elle marque un retour à l'hellénisme.
Après avoir voyagé en Suisse et en Italie, travaillé comme secrétaire à l’ambassade de France à Londres pendant trois années, (1787-1790), à son retour, il participa au mouvement révolutionnaire, mais resta un fervent défenseur de la royauté, participant notamment à la défense de Louis XVI. Il collabora au Journal de Paris, organe des modérés, y condamnant les excès de la Révolution dans de violents articles contre Jacques Pierre Brissot, Jean-Paul Marat et autres.
Arrêté le 7 mars 1794 et emprisonné à Saint-Lazare, il fut condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire et guillotiné le 25 juillet (7 Thermidor), deux jours avant l'arrestation de Robespierre, ce qui lui aurait peut-être sauvé la vie. Durant la nuit avant sa mort il aurait écrit l'ode La Jeune captive, poème qui parle de Aimée de Coigny. Ses dernières paroles, prononcées au moment de monter sur l'échafaud, auraient été (se désignant la tête) : "Pourtant, j'avais quelque chose là!". Il fut vraisemblablement enterré avec les autres victimes de la Terreur dans le cimetière de Picpus à Paris.
Il est, avec Chatterton et Gilbert, l'un des trois auteurs "maudits" présentés par le Docteur Noir dans le Stello d' Alfred de Vigny. Considéré par les Romantiques comme leur précurseur, sa destinée a inspiré l’opéra vériste d' Umberto Giordano, André Chénier, dont la première eut lieu à La Scala de Milan, le 28 mars 1896.
Son vers : "Elle a vécu Myrto, la jeune Tarentine" demeure indissolublement lié à son nom.
Voir à Charlotte Corday, le poème qu’il écrivit en son honneur.
Son frère cadet, Marie-Joseph Chénier, était écrivain, dramaturge, et menait de pair une carrière politique.

Citation:
« Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphi[re] / Animent la fin d'un beau jour,/ Au pied de l'échafaud, j'essaye encor ma lyre./ Peut-être est-ce bientôt mon tour.... »
— André Chénier (Extrait des
Iambes).

Oeuvres:

  • Les Bucoliques, posthume (1819)
  • A Abel (Elégies)
  • A Charlotte Corday (Hymnes et Odes)
  • A compter nos brebis je remplace ma mère (Poésies Antiques)
  • A de Pange aîné (Epîtres)
  • A de Pange (Elégies)
  • A Fanny (I) (Elégies)
  • A Fanny (II) (Elégies)
  • A Fanny (III) (Elégies)
  • A Fanny malade (Elégies)
  • A l'hirondelle (Poésies Antiques)
  • A la France (Hymnes et Odes)
  • Ah ! je les reconnais, et mon cœur se réveille (Elégies)
  • Ah ! portons dans les bois ma triste inquiétude (Elégies)
  • Ah ! prends un cœur humain, laboureur trop avide (Poésies Antiques)
  • Amymone (Poésies Antiques)
  • Art d'aimer, fragment III (Poèmes)
  • Art d'aimer, fragment II (Poèmes)
  • Art d'aimer, fragment VIII (Poèmes)
  • Art d'aimer, fragment VI (Poèmes)
  • Au chevalier de Pange (Elégies)
  • Aux frères de Pange (Elégies)
  • Bacchus (Poésies Antiques)
  • Bel astre de Vénus... (Poésies Antiques)
  • Chrysé (Poésies Antiques)
  • Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre (Dernières poésies)
  • Épilogue (Poésies Antiques)
  • Euphrosyne (Poésies Antiques)
  • Fille du vieux pasteur, qui d'une main agile (Poésies Antiques)
  • Hercule (Poésies Antiques)
  • Hylas (Poésies Antiques)
  • Il n'est donc plus d'espoir, et ma plainte perdue (Elégies)
  • Il n'est que d'être roi pour être heureux au monde (Elégies)
  • J'étais un faible enfant qu'elle était grande et belle (Poésies *Antiques)
  • Je sais, quand le midi leur fait désirer l'ombre (Poésies Antiques)
  • Jeune fille, ton cœur avec nous veut se taire (Elégies)
  • L'Amérique (Poèmes)
  • L'amour endormi (Poésies Antiques)
  • L'amour et le berger (Poésies Antiques)
  • L'amour laboureur (Poésies Antiques)
  • L'art, des transports de l'âme est un faible interprète (Elégies)
  • La jeune captive (Dernières poésies)
  • La jeune L
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capsurlecapes.exprimetoi.net
 
Chénier A.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sensus plenior - le sens plénier de l'Ecriture
» Aumônier SS ???
» Qu'est-ce que c'est qu'un aumônier modéré, d'ailleurs?
» JE NE VEUX PLUS ME NIER
» Le Père CHEVALIER aumônier des Parachutistes et de la Légion en Indochine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap Sur le Capes ! :: FAITES VOS DONS :: Fiches auteurs-
Sauter vers: