Cap Sur le Capes !

Un forum de ET ( Téléphone maison ) pour échanger explications, problématiques entre Capestes et Capétiens.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LORRENZACIO, MUSSET Scéne du meurtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caelis
Admin
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 24/07/2007
Age : 32
Localisation : Pas de Calais

MessageSujet: LORRENZACIO, MUSSET Scéne du meurtre   Mer 25 Juil - 14:22

LE DUC. - Je suis transi, - il fait vraiment froid. (Il ôte son épée). Eh bien, mignon, qu'est-ce que tu fais donc ?
LORENZO. - Je roule votre baudrier autour de votre épée, et je la mets sous votre chevet. Il est bon d'avoir toujours une arme sous la main. (Il entortille le baudrier de manière à empêcher l'épée de sortir du fourreau.)
LE DUC. - Tu sais que je n'aime pas les bavardages, et il m'est revenu que la Catherine était une belle parleuse. Pour éviter les conversations, je vais me mettre au lit. - A propos, pourquoi donc as-tu fait demander des chevaux de poste à l'évêque de Marzi ?
LORENZO. - Pour aller voir mon frère, qui est très malade, à ce qu'il m'écrit.
LE DUC. - Va donc chercher ta tante.
LORENZO. - Dans un instant. (Il sort.)
LE DUC, seul. - Faire la cour à une femme qui vous répond "oui" lorsqu'on lui demande "oui ou non", cela m'a toujours paru très sot, et tout à fait digne d'un Français. Aujourd'hui, surtout que j'ai soupé comme trois moines, je serais incapable de dire seulement : "Mon cœur, ou mes chères entrailles", à l'infante d'Espagne. Je veux faire semblant de dormir ; ce sera peut-être cavalier, mais ce sera commode. (Il se couche. - Lorenzo rentre l'épée à la main.)
LORENZO. - Dormez-vous, seigneur ? (Il le frappe.)
LE DUC. - C'est toi, Renzo ?
LORENZO. - Seigneur, n'en doutez pas. (Il le frappe de nouveau. - Entre Scoronconcolo).
SCORONCONCOLO. - Est-ce fait ?
LORENZO. - Regarde, il m' a mordu au doigt. Je garderai jusqu'à la mort cette bague sanglante, inestimable diamant.
SCORONCONCOLO. - Ah ! mon Dieu ! c'est le duc de Florence !
LORENZO, s'asseyant sur le bord de la fenêtre. - Que la nuit est belle ! Que l'air du ciel est pur ! Respire, respire, cœur navré de joie !
SCORONCONCOLO. - Viens, Maître, nous en avons trop fait ; sauvons-nous.
LORENZO. - Que le vent du soir est doux et embaumé ! Comme les fleurs des prairies s'entrouvrent ! O nature magnifique, ô éternel repos !
SCORONCONCOLO. - Le vent va glacer sur votre visage la sueur qui en découle. Venez, seigneur.
LORENZO. - Ah ! Dieu de bonté ! quel moment !
SCORONCONCOLO, à part. - Son âme se dilate singulièrement. Quant à moi, je prendrai les devants.
LORENZO. - Attends ! Tire ces rideaux. Maintenant, donne-moi la clef de cette chambre.
SCORONCONCOLO. - Pourvu que les voisins n'aient rien entendu !
LORENZO. - Ne te souviens-tu pas qu'ils sont habitués à notre tapage ? Viens, partons. (Ils sortent.)

:queen:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capsurlecapes.exprimetoi.net
Tatiana



Messages : 7
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: LORRENZACIO, MUSSET Scéne du meurtre   Sam 4 Aoû - 14:32

je vois que Musset n'inspire personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LORRENZACIO, MUSSET Scéne du meurtre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le meurtre est-il le pire des crimes ?
» Meurtre du petit valentin
» 7 mois de prison ferme pour le meurtre d'un chat
» la loi et le meurtre d'animaux
» Meurtre après une émission de télé-réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap Sur le Capes ! :: THEATRE :: 19 ème-
Sauter vers: