Cap Sur le Capes !

Un forum de ET ( Téléphone maison ) pour échanger explications, problématiques entre Capestes et Capétiens.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Condillac, Traité des sensations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freyja



Messages : 37
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Condillac, Traité des sensations   Ven 14 Sep - 11:34

Quand notre statue commence à jouir de la lumière, elle ne sait pas encore que le soleil en est le principe. Pour en juger, il faut qu’elle ait remarqué que le jour cesse presque aussitôt que cet astre a disparu. Cet événement la surprend sans doute beaucoup, la première fois qu’il arrive. Elle croit le soleil perdu pour toujours. Environnée d’épaisses ténèbres, elle appréhende que tous les objets qu’il éclairait, ne se soient perdus avec lui : elle ose à peine changer de place, il lui semble que la terre va manquer sous ses pas. Mais au moment qu’elle cherche à la reconnaître au toucher, le ciel s’éclaircit, la lune répand sa lumière, une multitude d’étoiles brille dans le firmament. Frappée de ce spectacle, elle ne sait si elle en doit croire ses yeux.

Bientôt le silence de toute la nature l’invite au repos : un calme délicieux suspend ses sens : sa paupière s’appesantit : ses idées fuient, échappent : elle s’endort.

A son réveil, quelle est sa surprise de retrouver l’astre qu’elle croyait s’être éteint pour jamais. Elle doute qu’il ait disparu ; et elle ne sait que penser du spectacle qui lui a succédé.

Cependant, ces révolutions sont trop fréquentes pour ne pas dissiper enfin ses doutes. Elle juge que le soleil paraîtra et disparaîtra encore, parce qu’elle a remarqué qu’il a paru et disparu plusieurs fois et elle porte ce jugement avec d’autant plus de confiance qu’il a toujours été confirmé par l’événement. La succession des jours et des nuits devient donc à son égard une chose toute naturelle. Ainsi, dans l’ignorance où elle est, ses idées de possibilité n’ont pour fondement que des jugements d’habitude. C’est ce que nous avons déjà observé, et ce qui ne peut manquer de l’entraîner dans bien des erreurs. Une chose, par exemple, impossible aujourd’hui, parce que le concours des causes qui peuvent seules la produire, n’a pas lieu, lui paraîtra possible, parce qu’elle est arrivée hier.

Les révolutions du soleil attirent de plus en plus son attention. Elle l’observe lorsqu’il se lève, lorsqu’il se couche elle le suit dans son cours et elle juge à la succession de ses idées, qu’il y a un intervalle entre le lever de cet astre et son coucher, et un autre intervalle entre son coucher et son lever.

Ainsi le soleil dans sa course devient pour elle la mesure du temps, et marque la durée de tous les états par où elle passe. Auparavant, une même idée, une même sensation qui ne variait point, avait beau subsister, ce n’était pour elle qu’un instant indivisible et quelque inégalité qu’il y eût entre les instants de sa durée, ils étaient tous égaux à son égard ils formaient une succession, où elle ne pouvait remarquer ni lenteur, ni rapidité. Mais actuellement jugeant de sa propre durée par l’espace que le soleil a parcouru, elle lui paraît plus lente ou plus rapide. Ainsi après avoir jugé des révolutions solaires par sa durée, elle juge de sa durée par les révolutions solaires et ce jugement lui devient si naturel qu’elle ne soupçonne plus que la durée lui soit connue par la succession de ses idées.


Condillac, Traité des sensations, III, 7 (1754)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goldocapes



Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: Condillac, Traité des sensations   Ven 21 Sep - 16:34

Je dois être tordu, Smile mais à la lecture de cet extrait je mettrais comme problématique:

"Comment le soleil devient source de lumière terrestre mais aussi source de lumiere intellectuelle dans la création terrestre et la création intellectuelle?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenninou
Admin2
Admin2


Messages : 369
Date d'inscription : 24/07/2007
Age : 33
Localisation : Bouche du Rhône

MessageSujet: Re: Condillac, Traité des sensations   Ven 21 Sep - 20:45

Fiche auteur ICI.


Je dirais grrr que j'aime pas les ET sur des textes philosophiques....depuis quand la philo c'est de la littérature hein? que l'auteur essaye de montrer comment s'élabore la connaissance, un peu à la manière de la caverne platonicienne dans la République. Il s'agit d'une découverte du monde et de son fonctionnement par les sens...
Un peu comme Diderot, Condillac met en scène un être nu, vide, sans connaissance : une statue animée.
Il y a tout un discours argumentatif, démonstratif, quasi mathématique dans son raisonnement.

Par contre je n'arrive pas à définir clairement une problématique....ça tournerait autour de la démonstration (aspect argumentatif) et de la théorie de la sensibilité comme moyen de connaissance et d'appréhension du monde, de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capsurlecapes.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Condillac, Traité des sensations   Aujourd'hui à 8:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Condillac, Traité des sensations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sensations physiques lors de la méditation
» [Papier] Traité d'héraldique
» Déclaration Balfour & Traité de Versailles-Benjamin Harrison Freedman & Samuel Landman.
» De Martonne, Traité de géographie physique
» Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap Sur le Capes ! :: ROMAN :: 18 ème-
Sauter vers: