Cap Sur le Capes !

Un forum de ET ( Téléphone maison ) pour échanger explications, problématiques entre Capestes et Capétiens.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ruy Blas, Victor Hugo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jenninou
Admin2
Admin2


Messages : 369
Date d'inscription : 24/07/2007
Age : 33
Localisation : Bouche du Rhône

MessageSujet: Ruy Blas, Victor Hugo   Mer 25 Juin - 10:00

Ruy Blas, Victor Hugo, 1838



Résumé de Ruy Blas :


Acte I

Le salon de Danaé dans le palais du roi, à Madrid. Ameublement magnifique dans le goût demi-flamand du temps de Philippe IV. À gauche, une grande fenêtre à châssis dorés et à petits carreaux. Des deux côtés, sur un pan coupé, une porte basse donnant dans quelque appartement intérieur. Au fond, une grande cloison vitrée à châssis dorés s’ouvrant par une large porte également vitrée sur une longue galerie. Cette galerie, qui traverse tout le théâtre, est masquée par d’immenses rideaux qui tombent du haut en bas de la cloison vitrée. Une table, un fauteuil, et ce qu’il faut pour écrire.
Don Salluste de Bazan médite sur la disgrâce dont il est victime. Il vient d’être exilé de la cour, par la reine, doña Maria de Neubourg, en raison d’un enfant illégitime qu’il a eu avec une des suivantes de la reine. Il médite sa vengeance.
Il espère trouver en son cousin Don César de Bazan, jeune seigneur dévoyé, l’allié et l’instrument de sa vengeance. Mais don César, dans un sursaut d’honneur, refuse de prêter la main à ce complot.
Ruy Blas, valet de Don Salluste , resté seul avec Don César lui avoue son amour insensé pour la reine. Don Salluste, qui a tout entendu, a désormais son stratagème : il fait enlever don César et le fait vendre aux corsaires d’Afrique. Il lui substitue Ruy Blas, à qui il fait écrire deux lettres : une invitation pressante à une dame aimée, et la reconnaissance par Ruy Blas qu’il est son valet. Puis il ordonne à Ruy Blas de séduire la reine et de devenir son amant.

Acte II

Enfermée dans son palais, délaissée par le roi Charles II, surveillée par la camerera mayor, la reine confie son ennui loin de son Allemagne natale à sa suivante Casilda. Elle rêve à l’inconnu qui chaque nuit lui dépose un bouquet de fleurs et qui a osé y joindre une lettre d’amour. Entre Ruy Blas, transformé en écuyer, qui lui apporte un billet laconique dicté par le roi. Avec émotion, la reine reconnaît en lui l’auteur de la lettre d’amour.
Don Guritan, vieil aristocrate épris de la reine, devine cette idylle naissante et provoque Ruy Blas en duel. Pour le sauver, la reine exige que le vieil aristocrate jaloux parte sans délai pour Neubourg, en Allemagne, avec mission de remettre à son père un précieux coffret.

Acte III

La salle de gouvernement du palais royal. En 6 mois, Ruy Blas ( qui porte toujours le nom de Don César) a fait une prodigieuse ascension politique. Il est comblé de titres et est devenu un premier ministre intègre. Ses succès provoquent la jalousie des grands du royaume et sa vie privée, très secrète, leur curiosité malveillante. Au conseil du gouvernement, Ruy Blas surprend les transactions infâmes des ministres et les fustige d‘une tirade méprisante : « Bon appétit, messieurs ! ». Il dénonce : le déclin de l’empire, l’exploitation du peuple, les luttes internes, la corruption de la police et des juges, les soldats qui travaillent pour le grand bandit Matalobos et le fait que les ministres ne s’occupent pas du tout des affaires de l’Espagne.
La reine, cachée dans un cabinet dérobé, a tout entendu. Elle avoue à Ruy Blas son admiration et son amour. Auparavant, elle le croyait « bon », mais après l’avoir vu avec les ministres elle le croit grand, intelligent et courageux Ruy Blas, ivre de bonheur et d’orgueil, savoure cette déclaration. Tout va bien pour Ruy Blas. Les rêves amoureux et politiques les plus fous de cet ancien laquais sont en train de se réaliser : la reine l’aime et il occupe un poste important au gouvernement qui lui permettra de sauver l’Espagne.
C’est alors que surgit Don Salluste, déguisé en valet. Il humilie Ruy Blas, lui rappelant qu’il n’est que son valet et aussi l’auteur d’une lettre où il reconnaît la bassesse de sa condition. Don Salluste ordonne à Ruy Blas de se rendre dans une maison secrète pour y attendre ses ordres. S’il refuse, sa liaison avec la reine sera rendue publique.

Actes IV

Une petite chambre dans la mystérieuse demeure où s’est rendu Ruy Blas. Après avoir envoyé un page afin d’avertir la reine de ne pas quitter son palais, Ruy Blas quitte la maison secrète de Don Salluste pour aller demander aide à Dieu.
Dans la maison, un homme tombe par la cheminée . Il s’agit de Don César revenu de l’Afrique, qui tout en se restaurant raconte ses aventures. Un laquais lui apporte mystérieusement une sacoche pleine d’argent. Cet argent est en fait destiné à Ruy Blas ( le faux Don César). Salluste envoie cet argent, car dans l’acte III, scène 5, il a expliqué son projet pour éloigner la reine, et a ordonné à Ruy Blas de l’aider en lui promettant l’argent dont il aurait besoin. Le vrai César, ne comprend pas ce qui se passe mais l’accepte sans hésister.
Une duègne vient lui confirmer le rendez-vous avec la reine . Ce rendez-vous a en fait été organisé par Don Salluste. Don Guritan, revenu d’Allemagne, surgit avec deux épées en vue de son duel différé avec Ruy Blas. Don César le tue. César pense que Guritan est le mari jaloux de la femme avec qui il a arrangé son rendez-vous amoureux
Arrive Don Salluste. Don César lui apprend qu’il a tué Don Guritan et qu’il a rendez-vous avec la reine. Voyant ses plans compromis, Don Salluste réussit à faire arrêter Don César en le faisant passer pour le célèbre voleur Matalobos. César ne peut pas se défendre car il porte le manteau volé au Comte d’Albe.

Actes V

La même chambre la nuit. Ruy Blas, persuadé qu’il a réussi a avertir la reine du danger et à la sauver, veut s’empoisonner. Mais doña Maria, appelée par une autre lettre dictée à Ruy Blas par Don Salluste, est prise au piège. Elle apparaît. Don Salluste savoure sa vengeance. Il met en demeure la reine de choisir entre le scandale ou l’abdication et la fuite avec Ruy Blas. La reine est prête à abdiquer , lorsque Ruy Blas, déchiré, éperdu, l’arrête et confesse son véritable nom et son état. Révolté, il tue Don Salluste de son épée derrière un mur, boit le poison. Il a fait semblant d’être Don César, et avec le soutien de la reine il est devenu premier ministre — bien qu’il ne soit en réalité qu’un simple laquais. Si d’abord elle refuse de lui pardonner, quand elle voit la force de son amour et se rend compte qu’il meurt, elle lui pardonne l’appelle par son vrai nom de « Ruy Blas » pour qu’il puisse mourir heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capsurlecapes.exprimetoi.net
 
Ruy Blas, Victor Hugo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor Hugo et Spiritisme
» VICTOR HUGO, écrivain,poète,et opposant politique..
» La peine de mort par Victor Hugo
» Napoléon vu par Victor Hugo
» Victor Hugo et Napoléon III

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap Sur le Capes ! :: FAITES VOS DONS :: Fiches oeuvres :: Oeuvres du 19ème siècle :: Théâtre-
Sauter vers: